KONI EXPERTISE

Etudes - Conseils - Formation

Discours de Konimba Sidibé Ministre de la Promotion de l’Investissement et du Secteur Privé à la cérémonie d’ouverture du Forum Invest in Mali du 07 au 08/12/17

  • 0
ministre_sidibe_konimba

Discours de Konimba Sidibé Ministre de la Promotion de l’Investissement et du Secteur Privé à la cérémonie d’ouverture du Forum Invest in Mali du 07 au 08/12/17

Tags : 

  1. Au nom du Président de la République du Mali, son excellence M. Ibrahim Boubacar Kéïta, du Premier Monsieur Abdoulaye Idrissa Maïga et de l’ensemble du gouvernement du Mali, je vous salue et vous souhaite la cordiale bienvenue et vous remercie pour votre participation à cette première édition du Forum Invest in Mali.

 

  1. Le Mali a plus que besoin de ce Forum aujourd’hui en raison du formidable décalage entre l’image négative de notre pays à l’étranger et la réalité du terrain, un décalage qui est de nature à affecter la confiance des investisseurs en notre pays et donc à constituer un frein sérieux à l’investissement privé, le moteur de la croissance économique de notre pays et de la réduction de la pauvreté. Le Mali demeure une destination d’investissement très intéressante nous avons besoin d’en convaincre les investisseurs potentiels nationaux comme étranger à travers le changement du narratif sur notre pays, les édifiant sur les opportunités d’investissement et le climat des affaires au Mali. Le meilleur moyen d’y parvenir est de s’asseoir autour d’une table et d’échanger sur toutes ces thématiques et sur les préoccupations des investisseurs. Ce que nous allons faire pendant toutes les journées d’aujourd’hui et demain car rien ne vaut le vécu.

Mesdames et Messieurs, le « Forum Invest in Mali », est un événement majeur de notre agenda de promotion de l’investissement privé au Mali. Attirer les investisseurs nationaux comme étrangers est un marché mondial très concurrentiel et ce genre de forum est définitivement consacré par les bonnes pratiques internationales en la matière.

  1. Le Président de la République, Mesdames et Messieurs, personne ne doute plus aujourd’hui que l’Afrique sera une destination prioritaire de l’investissement au cours de ce 21ème siècle aussi bien en raison de l’importance de ses ressources naturelles que de la taille et de la jeunesse de sa population. La détermination des autorités maliennes est totale pour que le Mali soit à ce rendez-vous historique de l’émergence du continent africain et tout sera fait pour que cela soit.

 

  1. Le modèle économique prévalant actuellement au Mali et dans la grande majorité des pays africains est facteur de croissance économique fragile et peu inclusive et donc un obstacle au développement équilibré du continent au bénéfice de tous ces citoyens. Monsieur Le Président de la République, vous avez dit dans votre projet de société que vous ne laisserez aucun de nos compatriotes sur le carreau dans le processus de développement de notre pays. La seule façon d’y parvenir est d’enclencher un processus de croissance économique durable et inclusive et cela passe par l’investissement dans la diversification et la transformation structurelle de l’économie malienne. C’est la raison pour laquelle la diversification et la transformation structurelle de l’économie seront au cœur de toutes les thématiques qui seront traitées au cours de ce forum : diversification et transformation structurelle de l’agriculture ; industrialisation du Mali, notamment des industries de transformation des produits de l’agriculture et de l’élevage ; développement de l’accès à l’énergie et aux services de transport à coût raisonnable ; etc.

Mais, diversification et transformation structurelle de l’économie, c’est quoi au juste ? D’abord elles renvoient toutes les deux à l’abandon du modèle de spécialisation de nos pays dans la production et l’exportation de matières premières pour importer les produits manufacturés à partir de ces mêmes matières premières. Mesdames et Messieurs, le Mali et les pays africains n’ont aucune chance de se développer si les marchés internationaux des matières premières et les aléas climatiques doivent continuer à être des déterminants de notre croissance économique. Tenez, il a suffi que le prix du pétrole baisse pour que la croissance de l’économie africaine baisse fortement au cours de ces deux dernières années et pourtant les prix des produits manufacturés n’ont pas baissé. Cela s’appelle la détérioration des termes de l’échange que les africains dénoncent depuis plus d’un demi-siècle sans pouvoir y remédier.

Monsieur Le Président de la République, le Mali, deuxième producteur de coton du continent, ne peut pas continuer à transformer localement seulement 2 % de sa production de coton et exporter le reste à l’état brut. Seule la transformation crée de la valeur.

Au-delà de la modification de la structure de l’économie par branches de production, la transformation renvoie aussi au changement de modèle de production à l’intérieur des branches économiques. A titre d’exemple comment comprendre que le riz importé à des dizaines de milliers de km soit plus compétitif que la production locale au Mali ? C’est une question de productivité et de qualité du riz. Difficile pour un petit paysan malien qui produit 5 tonnes de riz à l’hectare de concurrencer un producteur qui en fait 15 tonnes à l’hectare. La solution à cette situation ? Transformer notre modèle d’agriculture pour accroître sa productivité. Mais en quoi faisant ? En ayant recours à l’investissement privé massif dans l’agriculture, en faisant de l’agriculture un business rentable. C’est cela l’agro-business. Mesdames et Messieurs les investisseurs, le Mali a besoin de vous pour transformer son agriculture et le potentiel disponible pour cela est immense comme vous allez le constater au cours des prochaines séances plénières et ateliers. Ce raisonnement pour l’agriculture vaut pour les autres secteurs économiques. C’est seulement de cette manière que nous développer un tissu dense de PME-PMI compétitives dans tous les secteurs de l’économie malienne, un facteur déterminant de l’inclusivité de la croissance économique pour résorber le chômage massif des jeunes auxquelles nos pays sont confrontés.

  1. Il ne faut pas en douter, l’entrepreneuriat est le principal levier de la diversification et de la transformation économique de nos pays. C’est la seule façon de faire de la jeunesse du continent une chance et non une menace pour la stabilité de nos pays. Cela est largement à notre portée, seulement l’Etat doit apprendre à travailler, à collaborer avec le secteur privé autrement et cela passe par une compréhension claire des rôles et responsabilités de chacune des parties. Un nouveau partenariat public-privé est le maître mot. Dans ce processus, le Mali a besoin de ses entrepreneurs, mais aussi des entrepreneurs du reste du monde. Dans ce processus, les entrepreneurs maliens et étrangers ont besoin de nouer des partenariats d’investissement gagnant-gagnant à travers le partage du capital de l’entreprise, des technologies et du management. Entrepreneurs du Mali et du reste du monde, mettez-vous ensemble pour réaliser vos Projets d’investissement rentables. Le partenariat privé-privé est donc aussi une clé du succès. C’est seulement à ce titre que ce forum sera fructueux pour vous investisseurs, mais aussi pour le peuple malien. Je le souhaite ardemment.

Vous l’auriez compris Mesdames et Messieurs tout au long de cette communication, que pour une diversification et une transformation structurelle de son économie :

  • le Mali a besoin de ses femmes et hommes d’affaires ;
  • le Mali a besoin des femmes et hommes d’affaires du reste du monde ;
  • le Mali a besoin de l’expertise internationale et de l’accompagnement de ses partenaires au développement.

Alors Mesdames et Messieurs les entrepreneurs, ensemble faisons le pari du Mali. C’est assurément un pari gagnant et pour vous et pour le peuple malien.

Je vous souhaite un excellent Forum et vous remercie pour votre aimable attention.